› Eco et Business

Télécommunications: Mtn Cameroun sommé de suspendre les travaux d’exploitation de la fibre optique

C’est la principale décision qui ressort de la réunion à huis clos entre Camtel, Mtn Cameroun tenue à Douala, mercredi, 05 août 2009.

Le cabinet du gouverneur du littoral à Bonanjo à Douala, a abrité le mercredi, 05 août 2009, une concertation à huis clos entre les responsables des sociétés de téléphonie Camtel, Mtn Cameroun, opérateurs économiques. Concertation présidée par le conseiller aux affaires économiques de la région du littoral. La presse n’a pas été autorisée à suivre les travaux qui se sont forcément déroulés dans un climat tendu. La preuve, à la sortie du huis clos, les uns et les autres n’ont pas voulu faire de déclarations. Par exemple, Mme Achidi Achu, responsable régional de Camtel pour le littoral se contente par exemple de lancer dans un ton jugé narquois par les journalistes, « No comment ! No comment ! No comment ! », c’est-à-dire sans commentaire. Du côté de Mtn, c’est également motus bouche cousue. Aucune information de la part de la compagnie de téléphonie mobile. Il faudra beaucoup de négociations voire de supplications, pour arracher enfin, des précisions au conseiller sur les résolutions des travaux.

Mtn viole la réglementation. L’arbitrage de l’ART sollicité
On apprend que Mtn Cameroun a été sommé de suspendre immédiatement les travaux entrepris il y a quelques jours dans la cité économique. Travaux relatifs à l’exploitation de la fibre optique dont l’exclusivité est réservée à Camtel, du moins pour le moment. La raison de cet arrêt est claire: Il y a une décision qui a été prise, celle de la suspension des travaux engagés par Mtn Cameroun dans la ville de Douala au sujet de la pose des câbles à fibre optique. C’est une décision préliminaire avant la décision dans le fond que prendra l’ART, explique le conseiller aux affaires économiques de la région. Il se refuse à voir dans cette décision, un moyen d’affaiblir Mtn au profit d’autres compagnies. La faute à Mtn qui a entamé les travaux en violation de la réglementation en vigueur, notamment le décret 77 sur les télécommunications, et puis l’accord de convention entre l’ART et l’Etat du cameroun. C’est ce qui cause des désagréments, souligne le conseiller. Il poursuit en précisant que l’on n’a jamais interdit à la compagnie d’améliorer la qualité de son réseau parfois perturbé au grand dam des consommateurs qui doivent faire face à une situation très désagréable ajouté au coût jugé élevé des tarifs de communication via mobile. Les consommateurs, n’ont pas d’autres choix que subir, et espérer, car le prix ne peut être réduit considérablement que si la fibre optique est bien exploitée, souffle quelqu’un en sourdine dans les rangs. Une démarche que pour le moment, Mtn se voit barrer le chemin.

Dans ce conflit qui commence à prendre un tournant assez inquiétant, les yeux sont désormais rivés sur l’agence de régulation des télécommunications (ART), qui dans son rôle d’arbitre, doit se plancher sur le conflit et trouver une issue au plutôt. « C’est l’ART qui est chargé de ce genre de problème. L’ART a été saisi et nous attendons sa décision dans le fond », indique le conseiller. Affaire à suivre !


annualreport.mtn.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut