Société › Société

Téléphonie: Vers un nouveau report des opérations d’identification au Cameroun?

Selon les statistiques officielles, à peine 15% des abonnés se seraient fait identifier, une situation qui préoccupe

Un autre délai serait nécessaire
Jusqu’où ira Biyiti Bi Essam, le ministre des Postes et des Télécommunications? c’est la question que se posent aujourd’hui de nombreux observateurs. La date limite pour pouvoir se faire identifier avait été prolongée jusqu’au 28 février prochain. Passé ce délai, les abonnements des personnes non identifiées seront suspendus. La situation est donc préoccupante. Sur les quelques huit millions d’abonnés tout opérateur confondu que compte le Cameroun (Orange, MTN et Camtel), à peine 2 millions de personnes se seraient soumis à cet exercice. Plusieurs raisons sont soulevées. Plusieurs personnes n’ont pas toujours trouvé le temps d’aller se faire enregistrer. Pour d’autres, c’est tout simplement le fait d’être éloigné des points d’identification qui pose problème. «De nombreuses personnes qui ont le téléphone, vivent dans les zones rurales, et très souvent, elles ont reçu le téléphone grâce à l’aide d’un parent installé en ville, comment voulez-vous qu’une grand-mère aille faire la queue pour qu’on la prenne en photo et tout le reste» affirme Jacques Ndoumbe qui attend depuis une heure pour se faire enregistrer.

Les opérateurs se sont mis en quatre
Pourtant, les opérateurs ont multiplié les campagnes de sensibilisation. Des messages courts (SMS) ont été envoyés par les portables, trois, quatre voir pour certains plus de dix fois, pour leur rappeler l’importance de cette identification. Dans les grandes artères des villes, grandes ou petites des banderoles invitent les populations à se soumettre à l’opération. Mais le plus gros problème reste l’organisation. Il faudrait se faire photographier et remplir personnellement la fiche. «Il aurait été plus simple que pour l’enregistrement, les abonnées déposent une photocopie de leurs cartes d’identités et inscrivent leur numéros dessus, quitte pour les agents des opérateurs à remplir leur bases de données. C’est quoi cette histoire où MTN ou Orange doivent prendre les photos des abonnés?» s’indigne pour sa part Eric Obama. Depuis le début, l’organisation de cette opération a été sévèrement critiquée.

La décision du gouvernement attendue
Les regards sont aujourd’hui tournés vers le ministère des Postes et Télécommunications. Selon les experts, même à un rythme soutenu, les capacités d’enregistrement ne peuvent pas excéder les 30 000 personnes par jour, suivant l’organisation actuelle de l’opération. Ce qui veut dire qu’il faudrait au minimum trois mois d’intense implication pour couvrir tous les abonnés. En attendant, les recettes devraient chuter durant tous ces mois de suspension. Manque à gagner pour les entreprises de téléphonie, qui ont déjà perdu beaucoup d’argent dans l’opération d’identification. Ces entreprises pourraient connaître une baisse de leurs chiffres d’affaire trimestriels, avec des conséquences sur les recettes de l’Etat. A moins que le ministre des Postes n’affirme que l’hypothèse ait été envisagée, cette préoccupation devrait peser lourd dans la position qui sera la sienne, dans un contexte budgétaire où les recettes de l’état sont limitées et où les entreprises de téléphonie sont de gros pourvoyeurs de recettes fiscales.

La solution plus complexe que le problème
Il y a près de sept mois, certaines autorités se sont plaintes de faire l’objet de menace à travers des numéros inconnus et totalement intraçables. Le gouvernement avait décidé lancer cette opération pour avait-il dit lutter contre la délinquance et les infractions liées aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. Une décision pertinente, mais mal expliquée aux populations, qui déclarent logiquement ne pas posséder les numéros de responsables. D’un autre coté les délais accordés pour cette opération ont toujours fait l’objet de critique de la part des spécialistes de l’identification.


Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé