› Société

Tentative d’évasion d’Atangana Kouna : Mgr Jean Mbarga a conseillé au prêtre interpellé de « dire la vérité »

Mgr Jean Mbarga, archevêque de Yaoundé. ©Droits réservés

L’archevêque de Yaoundé s’est exprimé sur cette affaire mercredi.

Contrairement aux informations ayant circulé il y a quelques jours, l’Abbé Alain Nkodo, curé de la paroisse de Mokolo à Yaoundé n’a pas été écroué à la prison centrale de Kondengui. D’après Mgr Jean Mbarga, archevêque de Yaoundé, après son interpellation le 27 mars dernier, le prêtre a été auditionné puis libéré. Cependant, il devra comparaître libre dans l’affaire de la tentative d’évasion de Basile Atangana Kouna, ancien ministre de l’Eau et de l’Energie. « Pour le moment (…), il a été décidé qu’il comparaîtra libre. Et, nous savons que sur ce plan-là, il est un homme d’éthique et il reste totalement à la disposition de la justice pour apporter les réponses aux questions qui se posent à lui maintenant », a déclaré Mgr Jean Mbarga.

En effet, après sa sortie du gouvernement, Basile Atangana Kouna avait été interdit de quitter le territoire camerounais. Son passeport avait été retiré. Cependant, il avait réussi à traverser les frontières du Cameroun. C’est au Nigeria que le projet d’évasion de l’ancien membre du gouvernement a pris fin. Il a été rapatrié le 22 mars, entendu au Tribunal criminel spécial puis incarcéré à la prison centrale de Kondengui. Une enquête a été instruite pour comprendre comment Basile Atangana Kouna a pu sortir du Cameroun. Une question qui a mené la police jusqu’à l’Abbé Alain Nkodo, soupçonné d’avoir aidé l’ancien membre du gouvernement dans ses plans d’évasion.

A ce jour, rien n’a filtré sur les déclarations du prêtre lors de son audition au Groupement spécial d’opération (Gso). Mais, Mgr Jean Mbarga affirme avoir conseillé à l’Abbé Alain Nkodo de dire la vérité. « Nous croyons qu’il aura à dire la vérité. La seule chose que je lui ai dite c’est “mon fils, dis la vérité. Ça te rend libre“. Je crois que les autorités qui mènent ce travail le font avec la diligence nécessaire pour que nous puissions savoir ce qui s’est réellement passé », a soutenu l’archevêque de Yaoundé.

À LA UNE
Retour en haut