Eco et Business › Entreprises

Thomas Assoumou : « L’état général de fonctionnement de l’aéroport de Douala n’est pas alarmant »

©Droits réservés

C’est la réponse du directeur des ADC aux compagnies aériennes qui lui ont adressé une correspondance afin de dénoncer la vétusté de l’aéroport de Douala.

Le directeur général des Aéroports du Cameroun (ADC), en charge de la maintenance de ces infrastructures dans le pays, revient sur les plaintes de quinze compagnies aériennes, au sujet de l’état de l’aéroport de Douala. Thomas Owona Assoumou trouve que les griefs de Camair-Co, Air France, Brussels airlines, Turkish airlines, Asky, Ethiopian airlines, South Africa airlines, Royal air Maroc, Kenya airways, Cronos, Ceiba Rwandair, Transair Congo et Air Côte d’Ivoire, sont « excessives ».

« A la suite de la visite que nous venons d’effectuer [22 février, Ndlr], l’état général de fonctionnement de l’aéroport de Douala n’est pas alarmant. Je peux également dire que les problèmes posés par les compagnies aériennes relèvent des problèmes opérationnels, généralement résolus au niveau opérationnel, à travers les réunions de concertation avec nos collaborateurs », a déclaré Thomas Owona Assoumou dans une interview publiée ce vendredi dans le quotidien privé Mutations.

La correspondance adressée au directeur des ADC le 5 février  fait état de défaillance dans la maintenance, l’entretien de l’infrastructure et des équipements et le traitement du personnel. « Le bâtiment est d’une saleté repoussante, l’état des aires de service est lamentable, l’ensemble des équipements n’est pas entretenu de manière optimale. Le matériel lourd n’est absolument pas fiable et de surcroît inadapté aux gros porteurs. Les engins de levage sont absents. Il n’existe  pas  de hangar de maintenance, celle-ci se fait à l’air libre où un atelier d’une saleté repoussante est installé au milieu d’épaves ou de carcasses rouillées», se plaignaient les compagnies aériennes.

La résolution de certains de ces problèmes ne demandent pas, de l’avis de ces compagnies, de grands investissements, « il n’y faut que de la volonté ».

L’aéroport international de Douala est en rénovation, insiste Thomas Owona Assoumou. Les travaux se sont ouverts en 2016 avec la réfection des chaussées aéronautiques. Les ADC annonçaient, au début du mois, la poursuite des  travaux avec l’aérogare passager  – l’ensemble des bâtiments par lesquels transitent les passagers à l’embarquement ou au débarquement.

« Compte tenu de ce que l’infrastructure aéronautique est très vétuste, elle n’obéit même plus à certaines normes de sécurité et de confort. Avant septembre 2018, nous allons lancer les travaux de rénovation du terminal. Donc, tous les dysfonctionnements relevés à l’aéroport de Douala ne seront plus qu’un lointain souvenir. Tout sera remis à neuf. Douala aura huit passerelles. Une rénovation complète des salons est prévue à Douala, Yaoundé et Garoua », révèle Thomas Owona Assoumou avant de souligner que des discussions avec les compagnies se poursuivront.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut