Sport › Autres sports

Tour Amissa Bongo: Des camerounais discrets à l’arrivée d’Ebolowa

Pour la 2e étape de cette compétition qui a eu son arrivée au sud du pays, les cyclistes locaux n’étaient pas aux premiers rangs

Le Cameroun s’est battu mais a déçu
Ebolowa dans le sud du Cameroun, accueillait ce mercredi 26 janvier 2011, l’arrivée camerounaise de la tropicale Amissa Bongo, une compétition internationale de cyclisme organisée par les gabonais. Elle a été marquée par une absence de l’équipe locale dans les premiers rangs. Une situation qu’explique jean Philippe Duracka, le Directeur Technique National et entraineur du Cyclisme camerounais. On n’a pas pu faire un stage et reconnaître la piste d’Ebolowa alors que nous sommes Camerounais. On connaissait l’arrivée par rapport au Tour du Cameroun qui a déjà fait une arrivée là-bas, mais toute la piste je ne la connaissais pas du tout, a-t-il expliqué aux médias. L’équipe camerounaise effectivement a été remaniée. A deux jours du départ pour le Gabon, un mouvement de protestation relatif aux primes de participation, a conduit à l’exclusion de certains cyclistes de l’équipe. J’ai des coureurs qui n’étaient pas franchement prêts pour une compétition de ce niveau. Ils sont très motivés même s’ils ont une petite inexpérience au niveau international, ils se battent bien quand même. Aujourd’hui, j’en avais encore quatre qui étaient dans le peloton à 10 km de l’arrivée. Il y a en un qui termine avec les premiers. Je suis fier de mes jeunes coureurs, même si avec une arrivée au Cameroun j’aurais préféré avoir mon équipe numéro une mais ce sont les aléas, des choses qui m’échappent un petit peu a-t-il confié. Pour la suite de la compétition, il reste optimiste. Selon le technicien de l’équipe camerounaise, les cyclistes n’ont juste pas observé la tactique mise sur pied. Mais il pense que pour les prochaines étapes, une forte impression camerounaise n’est pas à écarter. Même si je leur ai fait une petite remontrance à la fin, ils se sont bien battus. Il reste quatre jours et je ne veux pas qu’on parte d’ici sans qu’on parle une fois des Camerounais aux avant-postes a-t-il conclu.

Le français Yohann Gene remporte le sprint, le maillot jaune inchangé
Si l’équipe n’a pas particulièrement brillé, les populations camerounaises elles se sont montrées très chaleureuses. Après avoir passé la frontière (le fleuve Ntem), les traversées des villages ont été accompagnées des lancers de fleurs sur la route pour accueillir la caravane et des chants des écoliers venus en masse le long du parcours encourager les coureurs. Cette deuxième étape aura ainsi, été marquée par une longue échappée de 6 coureurs avant que l’un d’eux ne s’échappe et soit repris à 8 kilomètres de l’arrivée par le peloton qui visait le sprint final. Les Africains ont dès le départ, pris la course en main hier encore, puisque pas moins de 5 coureurs, Ahmed Lhanafi (Maroc), Hamidou Yameogo (Burkina Faso), Obert Chembe (UCI Continental Center), Frekalsi Debesai (Érythrée) et Charles Keey (MTN Cycling Team) sont dans l’échappée du jour aux côtés du jeune David Bush Robert (Chipotle Development Team). Une échappée qui comptera jusqu’à 10 minutes d’avance sur le peloton. Un américain s’échappera et tentera sa chance à quelques kilomètres de l’arrivée. Mais il est repris par le peloton à 8 kilomètres de la ligne. L’arrivée avec son dernier kilomètre en descente, était propice au sprint massif. Après avoir manqué de peu la victoire hier lors de la 1e étape, Yohann Gene s’est rattrapé en dominant ce sprint à Ebolowa. Le coureur d’Europcar a pris tous les risques dans le final pour se positionner dans les meilleures conditions sur la ligne d’arrivée. Il a devancé de peu le jeune sprinter belge de la Quick Step, Frédérique Robert (22 ans) et Nacer Bouhanni, le jeune espoir (21 ans) de la FDJ. Le maillot jaune, Geoffrey Soupe s’est également frotté aux sprinters sur la ligne pour conserver sa tunique de leader. Yohann est un habitué de la Tropicale. Il avait déjà gagné une étape l’année dernière.

Le Cameroun s’est battu mais a déçu
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé