› Eco et Business

Transport aérien: Un Centrafricain à la tête d’Air Cemac

Alfred Bouba Dalambaye a été nommé au poste de directeur général de la compagnie aérienne de la sous-région Afrique centrale par les ministres des transports et de l’aviation civile de la Cemac

Premier vol en janvier 2013
Les nominations ont été faites au cours de la réunion du 17 novembre 2012 tenue à Libreville, au Gabon. En dehors du Dg centrafricain, deux principales informations ont été diffusées. La nomination du Gabonais Etienne Robin Mi Owono au poste de président du conseil d’administration et du Camerounais Paul Alain Mendouga à la direction générale de l’Agence de supervision de la sécurité aérienne en Afrique centrale. De sources généralement bien informées, les ministres des Transports de la sous-région n’ont fait qu’entériner les décisions prises par les chefs d’Etats lors de leur conférence en juillet 2012. Par ailleurs, Robert Nkili et ses homologues de la Cemac ont profité de cette réunion pour réitérer que le premier vol de Air Cemac aura lieu en janvier 2013. Avec pour siège Brazzaville au Congo, Air Cemac desservira en plus des pays membres, une vingtaine de pays du continent et 6 villes européennes. Chaque Etat membre détient 5% de son capital. La Bdeac (Banque des États de l’Afrique Centrale) en détient 15%. Les 34% restant sont détenus par Air France-Klm et des opérateurs privés. C’est en 2007 que l’idée de trouver un partenaire stratégique en vue du lancement de la compagnie est née. Concrètement, il était question de trouver un partenaire crédible pouvant accompagner Air Cemac.

Mémorandum
Après moult tractations, la seule proposition concrète est intervenue en novembre 2010, toujours à Brazzaville. Elle est venue de la South africa airways (Saa) qui a signé ainsi un mémorandum avec les dirigeants d’Air Cemac pour la mise en place de la compagnie de transport d’intérêt sous-régional. Malheureusement, quelques mois après, la compagnie a décidé de rompre le contrat qui le liait à son premier partenaire stratégique. « Nous avons fait le choix d’un partenaire stratégique qui voulait inventer l’histoire. Le siège de la compagnie se trouvant à Brazzaville, il voulait placer la base opérationnelle de toutes les activités à Douala, ce qui n’était pas du goût des autorités congolaises. Aujourd’hui, cela vient d’être réglé : le Hub et le siège se situent à Brazzaville. Les actionnaires viennent de rompre avec Saa qui ne voulait pas prendre des actions en capital et avait taillé les choses à sa mesure, pensant que les pays de l’espace Cemac devaient travailler pour son compte », a expliqué à l’époque Marcel Mbani, le président du conseil d’administration d’Air Cemac. Concrètement, les deux parties n’ont pas trouvé d’accord concernant la base d’Air Cemac. Le siège de la compagnie se trouvera à Brazzaville, mais Saa voulait que son Hub soit à l’aéroport Douala. Mais comme l’a avoué le président du conseil d’administration d’Air Cemac, ce n’était « pas au goût des autorités congolaises ». Celles-ci ont fait feu de tout bois pour empêcher que le Hub ne soit à Douala. Toutes choses qui ont d’ailleurs poussé les Sud-africains à jeter l’éponge au profit des Français.

Un Centrafricain à la tête d’Air Cemac
juliefleurtitli.com )/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé