› Economie

Traque des fonctionnaires fictifs : Motaze appuie sur l’accélérateur

Louis Paul Motaze, ministre camerounais des Finances

En installant les responsables récemment nommés au Centre national de développement de l’informatique (Cenadi), le ministre camerounais des Finances leur a instruit de mettre fin au phénomène des faux salaires, des faux avancements et fausses pensions qui alourdissent malheureusement le budget de l’État.

La traque des fonctionnaires indélicats se poursuit au ministère des Finances. Après  avoir extirpé plus de 10 000 agents publics fictifs qui émargeaient environ 30 milliards chaque année,  grâce notamment au comptage physique des personnels de l’Etat, le virement individualisé des salaires et pensions et la dématérialisation des bons de caisse, l’heure est à  l’assainissement du fichier solde de l’Etat, au contrôle et à la sécurisation du fichier des ayants droit.

Pour cela  le ministre a installé le 21 février dernier les membres du Centre national de développement de l’informatique (Cenadi). « Vous devez mettre fin aux manipulations et autres fraudes diverses qui ont souvent cours au Centre national de développement de l’informatique. Il s’agit notamment des faux salaires, faux avancements et fausses pensions qui alourdissent malheureusement le budget de l’État », a instruit Louis Paul Motaze au cours de la cérémonie marquant leur prise de fonctions.

Le Cenadi est l’institut spécialisé dans le traitement des salaires des agents de l’État. Il  est depuis des années le terreau de nombreuses pratiques frauduleuses, qui font perdre plusieurs milliards de FCFA au Trésor public camerounais chaque année.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé