› Communication

Tuerie de Ngarbuh : un ancien journaliste de la CRTV fait le procès du média

Plateau TV

Pour le journaliste Raoul Simplice Minlo, l’affaire de la tuerie de Ngarbuh a traduit la caporalisation des médias de service public, et remis au goût du jour la problématique de son rôle.

La sortie sur les réseaux sociaux de Raoul Simplice Minlo part de celle d’Haman Mana, le patron du journal Le Jour, cité parmi les organes de presse qui auraient reçu de l’argent de certaines ONG pour «déstabiliser le Cameroun ». Plusieurs médias ont relayé ces accusations du ministre de l’Administration territorial, ainsi que le déni des faits rapportés par l’ONG Human Right Watch. Haman Mana a choisi de s’adresser en particulier au média public la CRTV.

Suite aux résultats de l’enquête instruite par le président de la République qui donne raison à l’ONG Human Right Watch, le directeur de publication de Le Jour interpelle la CRTV par un fait historique. « Juin 1990. Zacharie Gniman et Antoine Marie Ngono adressent une véhémente lettre de protestation au ministre de la Communication, pour les avoir induits en erreur dans le compte-rendu des marches le lancement du SDF, le 26 mai à Bamenda.  » Piétinés par balles »… Que disent leurs cadets d’aujourd’hui, pour avoir été induits en erreur dans la relation des événements de Ngarbuh? Où est passé le journalisme en une génération de professionnels ? », S’interroge Haman Mana.


Raoul S. Minlo,  ancien de la maison réagit et étale ce qui croit être les handicaps à la progression de la CRTV. Le média peine selon le journaliste  à s’adapter aux évolutions du temps. « Je faisais remarquer dans un livre  » La CRTV un Grand Malade ! Diagnostic fonctionnel de l’audiovisuel public », que  si  les logiciels liés à la gestion des éléments d’une démocratie avaient été changés dans notre pays, celui des médias à capitaux publics ne l’a pas été. La CRTV, et j’ajouterais Cameroon Tribune, dans le traitement de l’information fonctionnent avec un logiciel qui date du parti unique ( À l’époque où le ministre de l’information Vroumsia Tchinaye rappelait aux journalistes du Poste National qu’ils sont les  » haut-parleurs du gouvernement) »

Sur la relation qui existe entre la CRTV et le pouvoir, Raoul Simplice Minlo constate un assujettissement du média public. « Leur  extrême inféodation au gouvernement et au parti au pouvoir, le dogme des journalistes, les journalistes eux-mêmes, leur statut, le management, l’environnement juridique et réglementaire, l’outil de production, les programmes, sont autant de maladies qui empêchent ces médias de faire un aggiornamento et de jouer véritablement leurs rôles ».


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé