International › AFP

Turquie: un pasteur américain réfute les accusations au début de son procès

Pas d'image

Un pasteur amĂ©ricain, dĂ©tenu en Turquie depuis un an et demi pour activitĂ©s « terroristes » prĂ©sumĂ©es, a rejetĂ© lundi toutes les accusations portĂ©es contre lui Ă  l’ouverture de son procès, suivi de près par Washington.

A l’issue de cette première journĂ©e d’audience au complexe pĂ©nitentiaire d’Aliaga, dans la province d’Izmir dans l’ouest de la Turquie, le tribunal a dĂ©cidĂ© le maintien en dĂ©tention de l’accusĂ© en invoquant un risque de fuite.

Durant l’audience, M. Brunson a fondu en larmes.

« Je n’ai rien fait contre la Turquie. Au contraire, j’aime la Turquie, je prie pour elle depuis 25 ans », a-t-il dĂ©clarĂ© au tribunal en turc.

InstallĂ© en Turquie depuis 1993, l’homme de 50 ans dirigeait avec son Ă©pouse une Ă©glise protestante Ă  Izmir lorsqu’il a Ă©tĂ© arrĂŞtĂ© par les autoritĂ©s turques en octobre 2016. Il est maintenu en dĂ©tention depuis.

Le pasteur est notamment accusĂ© d’avoir agi pour le compte du rĂ©seau du prĂ©dicateur Fethullah GĂĽlen, Ă  qui Ankara impute le putsch manquĂ© de juillet 2016, mais aussi pour le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Ces deux organisations sont considĂ©rĂ©es comme « terroristes » par la Turquie.

InstallĂ© aux Etats-Unis depuis une vingtaine d’annĂ©es, M. GĂĽlen nie toute implication dans le putsch manquĂ© menĂ© dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016.

« Ce serait une insulte Ă  ma religion. Je suis chrĂ©tien, je ne rejoindrais pas un mouvement islamique (le rĂ©seau de M. GĂĽlen) », s’est dĂ©fendu M. Brunson.

Il est Ă©galement accusĂ© d’espionnage Ă  des fins politiques et militaires. « Je n’ai jamais Ă©tĂ© impliquĂ© dans des activitĂ©s d’espionnage », a-t-il rĂ©pliquĂ©.

« Son droit Ă  la libertĂ© et la sĂ©curitĂ© est violĂ© depuis longtemps. En premier lieu, nous espĂ©rons obtenir sa libĂ©ration », a affirmĂ© dimanche Ă  l’AFP son avocat, Cem Halavurt. « Nous pensons qu’il sera finalement acquittĂ©, puisque nous sommes persuadĂ©s de son innocence ».

S’il est reconnu coupable, M. Brunson risque jusqu’Ă  35 ans d’emprisonnement.

Sa femme, Norine Brunson, Ă©tait prĂ©sente lundi, selon une journaliste de l’AFP, ainsi que le sĂ©nateur amĂ©ricain Thom Tillis et l’ambassadeur spĂ©cial des Etats-Unis pour la libertĂ© religieuse internationale, Sam Brownback.

– ‘Espoir’ –

Parmi les faits qui lui sont reprochĂ©s dans l’acte d’accusation, lu par la cour lundi, figurent des rencontres avec des gulĂ©nistes prĂ©sumĂ©s, ainsi que des messes rĂ©citĂ©es pour les Kurdes et l’utilisation du terme « Kurdistan » pour dĂ©signer le sud-est de la Turquie.

Mais M. Brunson affirme qu’il n’y a « aucune preuve concrète » de liens entre lui et les gulĂ©nistes. Il a assurĂ© dĂ©fendre « l »intĂ©gritĂ© territoriale de la Turquie » et ne pas ĂŞtre intĂ©ressĂ© « par les origines ethniques des gens ».

La dĂ©tention de M. Brunson est l’un des principaux dossiers qui enveniment les relations entre les Etats-Unis et la Turquie.

« Cette relation va peiner Ă  avancer tant qu’Andrew Brunson sera incarcĂ©rĂ© », a soulignĂ© M. Brownback devant le tribunal.

L’ensemble de l’administration amĂ©ricaine, y compris le prĂ©sident Donald Trump, est mobilisĂ©e sur cette affaire, a-t-il ajoutĂ©. « Nous voulons qu’il soit libĂ©rĂ© ».

Washington espère « que le système judiciaire en Turquie rĂ©soudra ce cas promptement, de façon juste et transparente », a dĂ©clarĂ© la porte-parole du dĂ©partement d’Etat, Heather Nauert, depuis la capitale amĂ©ricaine.

« Nous n’avons vu aucun indice crĂ©dible laissant entendre que M. Brunson est coupable d’un dĂ©lit et nous sommes convaincus qu’il est innocent », a-t-elle martelĂ©.

Les rapports entre les deux pays, alliĂ©s au sein de l’Otan, se sont nettement dĂ©gradĂ©s, notamment en raison du soutien apportĂ© par Washington Ă  une milice kurde syrienne considĂ©rĂ©e comme « terroriste » par Ankara, et de l’arrestation en Turquie de deux employĂ©s de missions amĂ©ricaines.

Par ailleurs, la Turquie a demandĂ© Ă  plusieurs reprises l’extradition de Fethullah GĂĽlen, sans succès.

– Prières –

En septembre, le président Recep Tayyip Erdogan a suggéré que la Turquie pourrait libérer Andrew Brunson si les Etats-Unis lui remettaient M. Gülen.

Washington oeuvre pour la libĂ©ration du pasteur mais a toujours rejetĂ© l’idĂ©e d’un Ă©change.

Le sĂ©nateur Tillis a exclu tout marchĂ© entre les deux pays pour obtenir sa libĂ©ration. « Il n’y a pas d’accord. Ce que nous faisons, c’est que nous suivons le processus judiciaire ici », a-t-il dit Ă  la presse devant le tribunal.

Les autoritĂ©s amĂ©ricaines ont nĂ©anmoins discrètement abandonnĂ© les poursuites visant 11 agents de sĂ©curitĂ© de M. Erdogan accusĂ©s d’avoir agressĂ© des manifestants pro-kurdes Ă  Washington lors d’une visite du prĂ©sident turc en mai 2017.

Deux partisans du président turc jugés dans la même affaire doivent par ailleurs être libérés prochainement, après avoir été condamnés à 366 jours de prison.

La prochaine audience a été fixée au 7 mai.

Ă€ LA UNE
Retour en haut