Opinions › Tribune

Un peu d’histoire pour les femmes camerounaises

Par Kah Walla, Présidente du Cameroon People’s Party (CPP)

Voici un peu d’histoire à reconquérir pour vous:

Les femmes Anlu de Njinikom
De 1958 à 1961, plusieurs milliers de femmes de Kom dans la région du Nord-Ouest du Cameroun ont effectué des manifestations non-violentes pour la sauvegarde de leurs intérêts économiques et politiques.

Au niveau économique, les femmes Anlu ont lutté pour le droit de choisir leurs propres techniques agricoles. L’autorité coloniale avait adopté une loi imposant une technique de culture agricole dite «de contour» qui n’était pas de leur convenance.

Au niveau politique, il y avait la menace du Cameroun Occidental de rejoindre le Nigeria. Pour les femmes Anlu ceci comportait le risque de se voir déposséder de leurs terres. Elles ont décidé de se battre pour la réunification du Cameroun et dans le but de conserver la propriété de leurs terres. Le parti politique Kamerun National Congress (KNC) qui a favorisé l’alignement avec le Nigeria avait une forte emprise politique dans la région. Les femmes Anlu ont pris la décision de soutenir le Kamerun National Democratic Party (KNDP) qui prônait la réunification avec le Cameroun Oriental.

En Juillet 1958, l’on estime que plus de six mille femmes, certains d’entre elles marchant à pied sur plus de 40 km, ont convergé sur la ville de Njinikom et ont commencé une série de manifestations hebdomadaires sur la place du marché. Elles ont perturbé les réunions coloniales, chassées les fonctionnaires coloniaux et huées les hommes camerounais qui étaient en collusion avec le colonisateur.

Lors des élections de 1959, les femmes Anlu ont fait campagne et mobilisées pour le KNDP. Leurs leaders, notamment Queen Fuam et Mrs. Muana, ont envoyé le mot d’ordre aux femmes partout dans la région de voter pour leurs intérêts (leurs terres) en votant pour le KNDP. Avec la victoire du KNDP, vint la signature du plébiscite en 1961 et la définition du territoire camerounais tel que nous le connaissons aujourd’hui.

En tant que femmes camerounaises d’aujourd’hui, nous devons apprendre des femmes Anlu, l’importance de définir nos intérêts économiques et politiques, la capacité de nous organiser et de nous mobiliser pour créer une force qui compte des milliers de femmes, afin de nous assurer que nos voix soient entendues; la nécessité d’agir collectivement, sans violence mais avec détermination (elles l’ont fait avec des marches et protestations et avec le vote) afin de préserver nos intérêts et les intérêts de notre communauté.

Cette journée de la femme, nous saluons les femmes Anlu pour leur détermination, créativité et conviction. Nous leur remerçions pour le lègue de courage qu’elles nous ont laissé.

Kah Walla, Présidente du CPP
konnectafrica.net)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé