Politique › Institutionnel

Une énième attaque de Boko Haram repoussée à l’Extrême-Nord

Au moins 27 islamistes et 8 soldats camerounais ont été tués lors des attaques de la secte islamiste vendredi dans les localités d’Amchidé et Limani

Au moins 27 islamistes et 8 soldats camerounais ont été tués lors des attaques de la secte islamiste nigériane Boko Haram vendredi à Amchidé et Limani, deux localités de la région de l’Extrême-Nord du Cameroun proches de la frontière avec le Nigeria, théâtre d’un épisode similaire une semaine auparavant,rapportent dimanche des sources sécuritaires camerounaises.

Repoussés après de violents affrontements avec l’armée camerounaise, les combattants de Boko Haram, qui opèrent à partir de leur base de Banki (nord-est du Nigeria), juste en face d’Amchidé et de Limani, ont une fois encore essuyé une riposte énergique, au cours de laquelle cinq de leurs véhicules de transport ont aussi été détruits, à en croire ces sources contactées par Xinhua.

Une semaine auparavant, cette organisation terroriste avait enregistré un lourd bilan après un affrontement avec l’armée camerounaise dans les mêmes localités, les 15 et 16 octobre, qui avait fait environ 225 morts dans leurs rangs, avec un char à chenille puis deux pick-up détruits. L’affrontement a aussi coûté la vie à 8 soldats camerounais auxquels s’ajoutaient 11 autres blessé, selon des sources militaires.

D’autres sources du ministère camerounais de la Défense à Yaoundé font état d’un total de 39 islamistes tués lors de cette incursion et d’autres signalées à Giwa par Fotokol, puis Kolofata où l’épouse du vice-Premier ministre chargé des Relations avec les Assemblées Amadou Ali le 27 juillet, et libérée le 11 octobre avec 26 autres otages, dont dix Chinois.

Ce bilan ne mentionne cependant pas les huit soldats camerounais tués par les combattants de Boko Haram.

Par ailleurs, six habitants de Fotokol (autre localité camerounaise frontalière du Nigeria dans l’Extrême-Nord, ont été retrouvés égorgés dimanche matin, ont indiqué les forces de défense et de sécurité camerounaises, qui déploient dans ces zones chaudes un dispositif spécial visant à enrayer la menace terroriste en provenance du Nigeria voisin. Dans cette même localité, l’hélicoptère transportant une mission conduite par le chef d’état-major de l’armée camerounais, le général René Claude Meka, a été visé sans être atteint mercredi par des tirs de la secte islamiste nigériane qui dispose d’autre base presque en face, à Gambaru au Nigeria.

Des militaires Camerounais dans l’Extrême-Nord
abusidiqu.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé