Société › Société

Une grève illimitée des transporteurs projetée pour le 07 juillet

La Confédération générale des syndicats des transports du Cameroun s’oppose à la hausse des prix du carburant

Quinze organisations syndicales camerounaises évoluant dans le secteur du transport ont lancé mardi, jour de l’entrée en vigueur d’une hausse du prix du carburant, un mot d’ordre de grève générale illimitée à partir du 7 juillet prochain pour protester contre leurs conditions de vie et de travail.

Réunis au sein de la Confédération générale des syndicats du secteur (CGSTC), les transporteurs s’opposent non seulement à ladite augmentation tarifaire, mais chacun dans son domaine exprime une litanie de griefs contre les pouvoirs publics.

Ainsi les camionneurs exigent le retrait immédiat des pelotons routiers motorisés, la sécurité sociale, le dédommagement des familles de leurs camarades assassinés dans les violences en République centrafricaine, la rupture du trafic entre Douala (Cameroun) et Bangui (RCA), jusqu’à ce que des solutions efficaces soient trouvées pour garantir la sécurité des camionneurs.

Ils demandent également le départ des sociétés chinoises qui se sont investies dans leur domaine, du fait de traitements inhumains infligés à leurs ouvriers, le respect des conventions collectives tripartites dans le cadre du contrôle effectif des entreprises de transport.

Les chauffeurs de taxi, de leur côté, s’insurgent contre le transport clandestin qui obère leurs recettes, les délais trop longs dans la délivrance des titres de transport et décrètent  »une colère de 72 heures » pour l’humiliation faite au peuple camerounais en Coupe du monde par la sélection de football.

Quant aux moto-taximen, ils sollicitent la gratuité pour l’établissement du permis de conduire des deux-roues, la fin des arnaques policières et municipales pour des motifs divers.

Cette montée de fièvre, note-t-on, intervient le jour même où le gouvernement a décidé de faire passer le litre de super passe de 569 à 650 FCFA, celui du gasoil de 520 à 600 FCFA et la bouteille de gaz domestique de 12,5 kilogrammes de 6000 à 6500 FCFA.

En fin février 2008, un mot d’ordre de grève des syndicats des transports, qui protestaient contre une hausse du prix carburant à la pompe, avait dégénéré en émeutes qui avaient fait officiellement 42 morts à travers le Cameroun.

Outre la question des prix du carburant, lA CGSTC demande au gouvernement de prendre en comptes d’autres problèmes des transporteurs
Droits réservés)/n

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé