› International

Union africaine: Peut-on parler de sommet inutile?

Les grands thèmes du continent ne figurent pas dans le projet de programme de la rencontre des chefs d’Etat

Alors que Kampala, la capitale de l’Ouganda a vécu dimanche 25 juillet l’ouverture du 15ème sommet de l’Union africaine, la véritable préoccupation des organisateurs a été la sécurité. Le gouvernement ougandais a pris des mesures de sécurité sans précédent, deux semaines après un double attentat qui a fait 76 morts le 11 juillet à Kampala. De la sécurité, il en a encore été question lors des discutions entre les dirigeants africains présents à cette rencontre. La trentaine de chefs d’État et de gouvernement africains réunis en Ouganda, devra d’ici la fin du sommet dans trois jours, se prononcer sur la contribution de l’Union africaine (UA) à la lutte contre l’insurrection islamiste des Shebab qui secoue la Somalie. « Ces terroristes peuvent et doivent être vaincus », a lancé le président ougandais Yoweri Museveni à propos des islamistes radicaux Shebab, qui ont revendiqué le double attentat du 11 juillet. « Agissons de concert pour les chasser d’Afrique », a poursuivi le chef d’Etat ougandais. « Qu’ils repartent en Asie et au Moyen-Orient, d’où certains viennent d’après ce que je comprends », a-t-il ajouté. Le sommet devrait entériner l’envoi d’un renfort de 2.000 soldats pour la mission des nations unies pour la somalie, actuellement composée d’un peu plus de 6.000 hommes. Les chefs d’Etat africains vont également évoquer la situation au Soudan, avec le référendum en janvier prochain sur l’indépendance du sud du pays, et la nouvelle inculpation par la Cour pénale internationale du président Soudanais Omar el-Béchir, cette fois-ci pour génocide au Darfour. L’Union Africaine par la voix du président de sa commission, Jean Ping a indiqué qu’elle pourrait réaffirmer son soutien au président soudanais, car selon elle, la CPI fait preuve « d’acharnement » contre l’Afrique en n’ayant à ce jour lancé des poursuites que contre des suspects africains.

Le président Biya grand absent du sommet
Le sommet de Kampala pourrait se terminer sans Paul Biya le président Camerounais. Pourtant initiateur de la conférence Africa 21, au cours de laquelle plusieurs résolutions avaient été arrêtées dans la déclaration dite de Yaoundé. Le projet d’ordre du jour de la rencontre des chefs d’Etat ne contient pas de points proposés en débat par le Cameroun. Pourtant une forte délégation camerounaise est présente à Kampala. Aucune annonce officielle n’est venue expliquer l’absence du chef d’Etat camerounais. Plusieurs fois appelé à prendre la parole au nom des autres chefs d’Etats africains lors de récentes rencontre internationales, la présence de Biya en Ouganda aurait été l’occasion pour le cameroun de mieux défendre l’adhésion des autres pays aux nombreux problèmes qui aujourd’hui unissent mais aussi divisent les pays africains. Les observateurs restent perplexes sur le fait que la question de la sécurité dans le golfe d’Aden proche de la somalie et dans le golfe de guinée au large de l’Afrique centrale ne soient pas des points inscrits à l’ordre du jour.

Aussi absent de cet ordre du jour, la question de la place de l’Afrique au conseil de sécurité pourtant évoqué par de nombreux leaders africains ces derniers temps, dont le président camerounais. Une revendication qui a aussi été faite pour l’ensemble du système des nations unies, dans lequel les africaines estiment à juste titre être lésés. De nombreux observateurs avaient pensé après la conférence Africa 21 de Yaoundé et le sommet Afrique France à Nice, que les dirigeants africains se réuniraient pour discuter d’une position commune sur le sujet. Autre dossier passé sous silence, celui sur les changements climatiques. Avant le sommet de Copenhague, plusieurs Etats africains s’étaient retrouvés autour du président français Nicola Sarkozy pour défendre l’idée d’une position commune. Mais depuis la fin du sommet, les dirigeants africains semblent ne plus se soucier de cette préoccupation climatique qui pourtant les concernent au premier rang. Les experts affirment que les conséquences des changements climatiques seront plus dramatiques pour les populations africaines.

Union africaine
Xinhua)/n

L’Autorité de l’Union passera-t-elle?
Un point important pourra faire l’objet des discussions à Kampala, c’est celui sur la construction des Etats-Unis d’Afrique en passant par l’Autorité de l’Union. Les 53 pays du continent ne réussissent pas toujours à se mettre d’accord sur la forme et les prérogatives d’une telle institution, qui aurait plus de poids que la commission de l’union. La mise en place d’une Autorité supranationale africaine se bute à l’hostilité de puissances africaines émergentes. Pourtant les experts sont unanimes, tant que l’Afrique ne parlera pas d’une seule voix, elle va être marginalisée aussi bien au Conseil de sécurité que dans la gestion mondiale du climat et dans la gouvernance mondiale. Les divergences sont profondes et pour cela des observateurs pensent que les discussions sur la mise en place d’une autorité sous régionale forte sont d’emblée vouées à l’échec. Un des premiers problèmes est l’Afrique du sud. Elle refuse toute idée de mise en place d’une structure politique africaine supranationale. Selon certains experts, sa position sert les intérêts de l’occident qui repousse le problème de la place de la gouvernance de l’Afrique. Le président Sarkozy et Ban Ki Moon le secrétaire général de l’ONU ont, l’un à Nice, l’autre lors de sa visite au Cameroun, demandé aux Etats africains de s’entendre. Mais d’un autre côté, la France montre un regain d’intérêts pour l’Afrique du sud mais aussi le Nigéria, deux des pays qui sont opposés pour le moment aux propositions de mise sur pied d’une institution autoritaire unifiant l’Afrique. Un jeu politique que seul les dirigeants africains ne semblent pas remarquer.

Grand absent du sommet, Paul Biya (au milieu), président du Cameroun
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut