Société › Société

Universités d’Etat au Cameroun: Beaucoup d’admis mais peu de places!

Les capacités d’accueil ne suivent pas l’accroissement en nombres d’étudiants!

L’émergence universitaire ou encore le renouveau universitaire prôné par les autorités universitaires tarde à prendre corps.

C’est du moins le constat qui se dégage au regard du spectacle désolant d’amphithéâtre de la disproportion entre d’une part, les structures d’accueil, le nombre d’enseignants et d’autre part le taux sans cesse croissant d’étudiants inscrits ou qui frappent aux portes des universités d’Etats depuis la réforme universitaire de 1993. A cette date en effet, les centres universitaires qui existaient sont transformés en universités proprement dites, dotées de la personnalité juridique et de l’autonomie financière. De sorte que le Cameroun comptait dès lors 6 universités publiques dont 12 écoles de formation professionnelles. Actuellement, l’on dénombre 7 universités d’Etat avec la création, par décret présidentiel le 09 Août dernier de l’université de Maroua, résultat d’une promesse de Paul BIYA lors de la campagne pour l’élection présidentielle de 2004. Cependant, les infrastructures des 7 universités demeurent largement insuffisantes par rapport au nombre de postulants.
Environ 50.000 nouveaux étudiants frappent aux portes des institutions universitaires publiques pour cette année académique 2008/2009. L’université de Yaoundé Ila mère des universités est la plus sollicitée, elle qui projette recevoir environ 37.000 étudiants pour une capacité d’accueil effective de presque 14.000 places. Lors de l’année académique 2007/2008, cette institution accueillait déjà 32.000 étudiants. Le directeur de la planification et du développement de Yaoundé I confie à une consoeur qu’il s’agit, en plus des bacheliers, des étudiants venus (des universités) de Dschang et Ngoundéré pour intégrer les maîtrises professionnelles. Dans la localité de Soa, non loin du campus de l’université de Yaoundé I à Ngoa Ekelle, l’université de Yaoundé II se prépare à recevoir près de 5000 étudiants de plus. Chiffre qu’il faut ajouter aux 26.000 cop’s (terme utilisé pour désigner les étudiants) inscrits au cours de l’année académique 2007/2008. Le déficit est nettement palpable au regard des 16 051 places disponibles.


www.aeud.fr)/n

L’université de Douala recense aussi près de 5000 nouveaux étudiants. Ce qui porte à environ 30.000 le nombre d’étudiants dans l’institution universitaire de la capitale économique, pour une capacité d’accueil de 12.000 places. L’université de Buéa quant à elle totalise près de 4218 nouveaux étudiants. Le campus de Molyko qui abrite l’université compte un peu plus de 16.000 étudiants (11 866 lors de l’année académique 2007/2008). Le recteur de l’université de Ngaoundéré révèle qu’il attend 17.000 étudiants pour l’année 2008/2009 au lieu des 12.000 de l’année précédente pour une capacité d’environ 6501 places. L’université de Dschang se retrouve avec 2000 étudiants de plus. Ses effectifs sont donc portés à 16.000 étudiants (12.000 en 2007/2008) avec juste 9 010 places. Aucun chiffre n’est encore disponible sur l’université de Maroua; ses infrastructures seront progressivement mises sur pied.

Des mesures officieuses sont prises pour restreindre l’accès aux universités publiques contrairement à leurs missions et le système licence-master-doctorat (Lmd) n’est pas une panacée pour les universités camerounaises comme veulent le faire croire les dirigeants
Secrétaire général de l’association de défense des droits des étudiants du Cameron

Ces déséquilibres sont également observés au sujet du ratio entre enseignants et étudiants. Alors que le standard de l’UNESCO est d’un enseignant pour 25 étudiants, au Cameroun, ce taux est officiellement de 60 étudiants pour un enseignant. Mais, d’autres sources parlent d’un enseignant chargé d’encadrer 100 étudiants. Les effectifs pléthoriques sans cesse croissants, l’insuffisance des infrastructures et du personnel enseignant sont loin de favoriser l’essor intellectuel et surtout la compétitivité des universités publiques camerounaises.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut