Société › Société

Universités : Tergiversations autour d’une grève annoncée!

A coups de déclarations contradictoires, les syndicats des enseignants se déchirent sur l’opportunité ou non de respecter un mot d’ordre de grève.

Un parfum de grève flotte dans les sphères de l’université ces derniers jours au Cameroun. Le Lundi 10 Novembre 2008, les enseignants des universités, grandes écoles et autres établissements de formation supérieure relevant du Ministère de l’Enseignement Supérieur (Minesup) pourraient déserter les amphithéâtres. C’est en tout cas l’objectif recherché par le Syndicat national des enseignants du supérieur (Synes). Le 3 Novembre dernier, ce syndicat a déposé un préavis de grève. Face à cette tension latente dans le paysage universitaire, le ministre de l’Enseignement Supérieur a convoqué une réunion de « crise » pour évaluer la situation et tenter de désamorcer ledit préavis. La réunion de concertation regroupait le ministre de l’Enseignement supérieur Jacques Fame Ndongo, les représentants des ministère des Finances, de la Fonction publique et de la Réforme administrative et les délégations des organisations syndicales de l’enseignement supérieur.

L’issue de ladite réunion a donné lieu à une véritable cacophonie dans les rangs des syndicats des enseignants du Supérieur. Un communiqué conjoint signé par les présidents du Sypres, Sesup et Forec invitent toutes les enseignantes et tous les enseignants des universités d’Etat à ne pas suivre le mot d’ordre de grève initialement lancé par le Synes en date du Lundi 3 Novembre 2008 ». Pour certains responsables du Synes cependant, il ne s’agit là que des « syndicats progouvernementaux. Le synes maintient son mot d’ordre de grève a t-il fait savoir. Meneur de la négociation, le Misenup a émis un communiqué pour déclarer qu’il a été convenu que les propositions contenues dans le programme triennal de l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants des universités d’Etat concernant les phases II et III soient portées à l’appréciation de la haute et très haute hiérarchie.

Depuis plusieurs années, les syndicats des enseignants des universités d’Etat revendiquent l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Le 23 octobre 2007, une session d’un comité constitué pour l’occasion avait proposé des mesures à soumettre au chef de l’Etat en vue d’améliorer la rémunération des enseignants de l’université. Mais certains responsables du Synes dénoncent le fait de n’avoir pas été consultés. Une situation qui place ce syndicat dans une situation de contestation permanente.
La grève des enseignants des universités d’Etat aura-t-elle lieu le 10 Novembre? L’on ne perd rien à attendre mais déjà, les différents syndicats émettent des souhaits différents.


www.aeud.fr)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut