International › APA

Vague de licenciements sur fond de malaise à MTN Cameroun

©Droits réservés.

Une centaine d’employés de la filiale camerounaise de l’opérateur Mobile Telecommunications Network (MTN) a reçu des lettres de licenciement depuis le début de la semaine en cours, sur fond de grand malaise interne, a appris APA mercredi de source interne à cette entreprise.«La récente réorganisation de notre société a eu pour effet la suppression ou la transformation de certains postes de travail, dont le vôtre. Ainsi, avons-nous le regret de vous notifier, par la présente, la rupture du contrat de travail vous liant à MTN Cameroon, à compter du 31 octobre 2018», peut-on lire dans les différentes correspondances adressées aux partants.

Si le motif de la «réorganisation» est généralement admis, en interne, plusieurs autres cadres de la maison invoquent la non-atteinte des objectifs annuels assignés aux divisions compétentes, et qui s’est notamment soldée par des états financiers désastreux, sanctionnés par une baisse de 8% du chiffre d’affaires à fin septembre 2018.

«Auparavant, nous enregistrions environ 60 milliards FCFA de recettes par trimestre, des rentrées qui aujourd’hui atteignent à peine 50 milliards FCFA», indique, sous le sceau de l’anonymat, un sous-directeur de MTN.

À côté de ces contre-performances financières, d’autres informations, tout aussi insistantes font état, sans plus de précisions, de détournements de fonds découverts dans l’entreprise alors dirigée par la Sud-africaine Philisiwe Sibiya, qui a quitté le Cameroun en décembre 2017 après un bail de 3 ans.

Dans le même ordre d’idées, l’on prête à MTN l’intention d’essayer de se débarrasser de quelques collaborateurs, arrivés dans la maison voici plus de 5 ans à travers des recrutements fantaisistes, n’ayant obéi à aucun critère objectif de performance.

Déjà à l’origine d’une vague de départs volontaires, suscités par lui-même en 2017, cet opérateur affiche, à fin septembre 2018, un parc de 6,9 millions d’abonnés, contre 6,6 millions au 2ème trimestre de l’année en cours, mais bien loin des 10 millions d’abonnés de 2013.

Le leader de la téléphonie mobile au Cameroun est, depuis septembre dernier, dirigé par le Néerlandais Hendrik Kasteel.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut