› International

Vatican: Benoît XVI renonce au trône de Saint Pierre

La vacance débute le 28 février 2013 à 20h. Le Pape a prévu de se retirer dans un monastère de Rome, selon le porte-parole du Vatican

Frères très chers, Je vous ai convoqués à ce Consistoire non seulement pour les trois canonisations, mais également pour vous communiquer une décision de grande importance pour la vie de l’Eglise. Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien. Je suis bien conscient que ce ministère, de par son essence spirituelle, doit être accompli non seulement par les uvres et par la parole, mais aussi, et pas moins, par la souffrance et par la prière. Cependant, dans le monde d’aujourd’hui, sujet à de rapides changements et agité par des questions de grande importance pour la vie de la foi, pour gouverner la barque de saint Pierre et annoncer l’Evangile, la vigueur du corps et de l’esprit est aussi nécessaire, vigueur qui, ces derniers mois, s’est amoindrie en moi d’une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m’a été confié. C’est pourquoi, bien conscient de la gravité de cet acte, en pleine liberté, je déclare renoncer au ministère d’Evêque de Rome, Successeur de saint Pierre, qui m’a été confié par les mains des cardinaux le 19 avril 2005, de telle sorte que, à partir du 28 février 2013 à vingt heures, le Siège de Rome, le Siège de saint Pierre, sera vacant et le conclave pour l’élection du nouveau Souverain Pontife devra être convoqué par ceux à qui il appartient de le faire.
Pape Benoît XVI

C’est par ces mots, lors d’un consistoire ce lundi 11 février 2013 à Rome, que le Souverain Pontife a décidé de renoncer au ministère d’Evêque de Rome. Il était Pape depuis le 19 avril 2005, choisi après la mort de Jean Paul II, dont il était un collaborateur fidèle. Fait rare dans l’église car avant cette renonciation, le dernier remonte à 600 ans. Fait rare donc, car des Papes ont « porté » leurs missions à bras le corps jusqu’à bout de souffle.

L’histoire récente de la mort de Jean Paul II en mondovision, affaibli progressivement, mais restant maître de l’église a conforté l’idée qu’on est Pape à vie, « jusqu’à la mort ». Et pourtant, le droit canonique prévoit la renonciation et Benoit XVI n’y était pas opposé. En novembre 2010, dans son livre-entretien « Lumière du monde », il affirmait : « Si un pape se rend compte clairement qu’il n’est plus capable, physiquement, psychologiquement et spirituellement, d’accomplir les tâches inhérentes à sa fonction, alors il a le droit et, dans certaines circonstances l’obligation, de démissionner ». Une idée qu’il avait déjà exprimée avant même d’accéder à la papauté.

S’il arrive que le Pontife Romain renonce à sa charge, il est requis pour la validité que la renonciation soit faite librement et qu’elle soit dûment manifestée, mais non pas qu’elle soit acceptée par qui que ce soit.
Code de droit Canonique, Livre 2, 2e partie, section1, art 2

La vacance du siège débutera donc le 28 février et le collège des Cardinaux va assurer cette vacance, sous la supervision du doyen, le cardinal camerlingue. Dès le 28 février à 20H, Benoît XVI sera déchargé de la responsabilité du Vatican et de la curie romaine. Il se rendra dans la résidence d’été des Papes, à Castelgandolfo au Sud de Rome pour se reposer. Il a prévu de se retirer dans un monastère de Rome, selon le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican. Né le16 avril 1927 à Marktl, en Allemagne, Joseph Alois Ratzinger est le cadet d’une famille de trois enfants. Le 4 mars 1977, il est nommé Archevêque de Munich et de Freising, puis cardinal. Cette même année, il fait la connaissance de Karol Wojtyla, futur Jean-Paul II et en novembre 1981, Jean-Paul II le nomme préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, c’est à dire chef du Saint-Office. La congrégation est chargée d’aider tous les évêques à diffuser la foi catholique. Le 19 avril 2005 Il est consacré pape après la mort de Jean-Paul II. Décrit comme austère, il est réputé pour son conservatisme.

Benoît XVI renonce au trône de Saint Pierre

Reuters)/n

À LA UNE
Retour en haut