› Eco et Business

Vente du riz au Cameroun: La baisse des prix reste hypothétique!

Les opérateurs de la filière Riz ont repoussé l’idée d’une baisse du produit.

Les opérateurs économiques de la filière Riz réunis autour du ministre du Commerce su Cameroun Luc Magloire Mbarga Atangana n’ont pas vraiment consenti à une baisse du prix du produit dans les prochains jours. Les raisons évoquées par ces derniers sont entre autres, la baisse des prix déjà effective : « nous vendons déjà le sac de riz de 50 Kg à 14 500 Fcfa ». Une affirmation qui ne se justifie pas dans les marchés.

Sacs de riz dans un marché de Yaoundé
Journalducameroun.com)/n
Nous vendons déjà le sac de riz de 50 Kg à 14 500 Fcfa
Opérateurs économiques de la filière riz

Dans les Supers marchés camerounais, les prix des denrées de premières nécessités telles que le riz ne cessent de croître au fil du temps. Le sac de riz de 50 Kg est vendu aujourd’hui à 15500Fcfa voire 22 000Fcfa pour les riz les moins couteux. Dans un Super marché de vente en gros exerçant dans l’importation du riz blanc « Baby Eléphant », les spéculations persistent : « nous vendons le sac de 50Kg de ce riz à 24 150FCfa et à 23 675F pour les clients qui achètent plus de 5 Kg », explique un vendeur de ce Super marché. D’autres marques de riz telles que le Sapher est commercialisé à 17 500 Fcfa, et le riz Better très sollicité par la population camerounaise de classe moyenne est vendu à 11 500 Fcfa le sac de 25 Kg. Les détaillants de ce produit vendent le Kg à 400Fcfa pour les moins coûteux : « les riz commercialisés dans les marchés à 350Fcfa et 400Fcfa sont de très mauvaises qualités. Le Kg du riz blanc coûte 400 Fcfa et plus », explique Marie Ayangma, une consommatrice.
La feuille de route du ministre du Commerce prévoit un renversement de la situation en 2009. Elle s’articule autour des actions ci-après : le maintien sous haute surveillance des prix des denrées de première nécessité, la poursuite et le renforcement de la lutte contre la spéculation, le soutien à la consommation. D’après le Mincommerce, les conditions sont favorables pour une réduction des coûts dans les prochains jours.

Pour venir à bout des spéculations, ce dernier a sollicité auprès des services des douanes une baisse de 15% sur les frais de passage, ainsi que 15% sur les coûts de transport. Aux importateurs, il demande de constituer un stock important pour palier à une éventuelle pénurie. Ces derniers ont pour devoir de trouver des solutions afin de vendre le riz de 50 Kg en deçà de 14 500Fcfa dans les prochains jours. Ce qui serait une aubaine pour les consommateurs qui espèrent voir les répercussions de la baisse des prix de carburants dans la filière riz. Quant au ministère du Commerce, la lutte contre la vie chère continue par la bataille contre les spéculations et la surveillance des prix dans les marchés.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut