Société › Société

Vente promotionnelle du poulet: Les populations de Yaoundé insatisfaites

Elles déplorent la taille de la volaille proposée par le gouvernement et les professionnels des professions avicoles du Cameroun.

« L’initiative du gouvernement est bonne. Seulement, les poulets sont trop petits. Je les achète simplement parce que je prépare un événement. Pour ma famille, j’irais plutôt acheter un gros poulet de 5000 Fcfa ». 10h, mercredi 24 décembre 2008, M. Kamga vient de passer la commande de 40 poulets. Des porteurs l’aident à les transporter au dehors. Dans ce marché spontané de Messa, le business va bon train. Sur une banderole, on peut lire: marché témoin de vente du poulet. Il s’agit d’un partenariat entre l’Interprofession avicole le ministère du Commerce, le Minepat ainsi que le ministère de l’Elevage et des industries animales. Les clients ne cessent d’arriver. Il semble que ce marché entouré de lattes a toujours existé. Mais la mine renfrognée de bon nombre de clients et clientes laisse transparaître leur mécontentement. »Hier, ils étaient plus gros. Mais aujourd’hui ils sont plus petits », se plaint Nadyile venu acheter des poulets pour sa tante qui a apprécié les siens la veille. L’on dénombre une vingtaine de points de ventes de poulets.

Une autre femme, l’air dépitée devant un stand s’exclame: « je croyais que c’étaient plus gros! ». Puis elle se dirige vers la foule qui s’agglutine autour d’un vendeur. Ledit éleveur de poules est littéralement assiégé. La demande est trop forte. Mais le prix ne peut changer. C’est 2200 Fcfa. « Ses poules sont quand même un peu grosses. Mais les poules en général sont trop petites. Je ne sais même pas quel âge elles ont. On ne devait normalement pas leur permettre de vendre pareilles poules », lâche un fonctionnaire qui a requis l’anonymat. Et il ajoute: »pour une fois qu’on croyait que le gouvernement faisait du bien pour nous. On se rend compte que c’est encore de la publicité mensongère. Les premiers jours les poules étaient plus grosses que ça. Ce n’était donc que pour attirer les clients. Seule l’affluence permet de vendre ces poulets. Ailleurs, même à 1500Fcfa on les achèterai difficilement ». Tout en parlant, il présente le poulet qu’il vient d’acheter à Fanta Citron, non loin de là. « Ca ne m’a coûté que 2800 Fcfa mais c’est bien plus gros et plus grand que ceux d’ici. Je suis simplement venu le faire déplumer ici parce que l’eau que les gars utilisent ici est propre », précise t-il.


Journal du Cameroun)/n

Florent F., un vendeur de poulets approché avoue que le poids des poulets n’est effectivement pas compris entre 1,5 et 2 kg. « on exige qu’ils soient tous âgés de 45 jours au moins. Mais parmi mes poulets il y en a de 42, de 38, 37. » question de journaliste: donc ils ne contrôlent pas vos poulets à l’entrée? Réponse: « ils pèsent quelques uns », répond Florent F. La vente du poulet a donné naissance à des métiers annexes. Les porteurs, égorgeurs, « déplumeurs » et découpeurs se tuent à la tâche à l’arrière des hangars. Leur dévouement, leur rapidité et le coût peut élevé de leur service contribue à remettre la joie sur les visages tristes des clients. Car « ces poulets sont comme des pigeons », affirme Estelle Bilogo, rencontrée vers 16h au marché de Mvog Ada. Là malheureusement, elle a trouvé du bon poulet mais trop cher. De ce fait, le réveillon de Noël, malgré la promotion se fera sans poulet dans sa famille à Mendong.


À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut