Société › Société

Vera Songwé, première femme à la tête de la CEA

Vera Songwé, photo d'illustration. © Droits réservés

La Camerounaise âgée de 42 ans est, depuis jeudi, la secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique

Le successeur de Carlos Lopes à la tête de la Commission économique pour l’Afrique est une femme. Vera Songwé, de nationalité camerounaise, a été nommée jeudi, 13 avril 2017, par le secrétaire général des Nations unies.

Elle a été choisie parmi 77 candidats pour être la neuvième secrétaire exécutive de la Commission.

Jusqu’ici, la CEA n’avaient été dirigée que par des hommes, notamment, le Soudanais Mekki Abbas (1959 à 1961) ; le Ghanéen Robert Gardiner (1961 à 1975) ; le Nigérian Adebayo Adedeji (1975 à 1991) ; le Guinéen Issa Ben Yacine Diallo (1991 et 1992) ; l’Algérien Layashi Yaker (1992 à 1995) ; le Ghanéen Kingsley Y. Amoako (1995 à 2005) ; le Gambien Abdoulie Janneh (2005 à 2012) et le Bissau-Guinéen Carlos Lopes (2012 à 2016).

Vera Songwé a intégré la Banque mondiale en 1998. Elle y a occupé le poste de directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Sénégal, le Cap Vert, la Gambie, la Guinée Bissau et la Mauritanie (2011- 2015).

Avant ses nouvelles fonctions, Vera Songwé était directrice du bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre de la Société financière internationale (SFI). Elle y était chargée de la garantie des prêts non souverains aux investisseurs privés.

Elle possède également une expérience d’enseignante acquise après son travail à l’Université de Californie du Sud. Elle fait aussi partie des neuf experts mobilisés par le président rwandais pour proposer des réformes pour l’Union africaine.

 

 

 



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé