Sport › Football

Vers une annulation du processus électoral à la Fecafoot

Le Tribunal arbitral du Sport a invalidé jeudi les résolutions adoptées au cours de l’Assemblée générale de la Fecafoot du 23 août 2014, confirmant la position du CNOSC

Le processus électoral à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) connait un nouveau rebondissement. Le Tribunal arbitral du sport (Tas) a confirmé hier la décision de Chambre de Conciliation et d’Arbitrage du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Ccacnosc) qui déclarait «illégitime» l’Assemblée générale (Ag) de 2013 qui avait été retenue pour la validation des textes de la Fecafoot et le code électoral le 23 août 2014. Du coup, l’Ag étant «illégitime», le Tas a confirmé également que les textes adoptés ont «violé et dénaturé» la loi.

Comme dans un match de football, Abdouraman Hamadou Babba et Depadoue Essomba Eyenga, ancien membre du comité exécutif de la Fecafoot, viennent d’obtenir une victoire «en match aller» qui selon eux va mettre un terme à tout le processus électoral en cours à la Fecafoot et qui était supposé s’achever ce mercredi 25 février avec l’élection du président de la Fecafoot.

En effet, le Tas avait été saisi en appel le 19 novembre 2014, par Me Philippe Memong, avocat de la Fecafoot, contre la décision rendue le 30 octobre 2014 par la Ccacnosc rendant nulles et de nul effet les résolutions de l’Assemblée générale du 23 août 2014 pour deux raisons.

Les résolutions querellées concernaient les nouveaux Statuts de la Fecafoot proposés par le Comité de normalisation, qui ont été adoptés «en violation de la loi». De plus, la Ccacnosc avait déclaré «illégitimes» les personnes qui avaient siégé à cette Assemblée générale.

Dans la foulée, 54 clubs affiliés à la Fecafoot ont saisi le Tas, le 17 décembre dernier à l’effet d’annuler la décision de la Fifa de faire poursuivre le processus là où il s’est arrêté, avec les mêmes textes et les mêmes candidats. Ils ont fait du président «déchu» d’Etoile Filante de Garoua leur représentant à cette procédure.

Pourtant, Joseph Sepp Blatter, le président de la Fifa, sortant d’une audience avec le chef de l’Etat, avait dit que les nouveaux textes seraient faits dans le respect des lois du Cameroun. Tout comme ceux de la Fifa, qui ne violent nullement la loi Suisse. Toutefois, le 28 novembre dernier, la Fifa en prorogeant pour la deuxième fois le mandat du Comité de normalisation jusqu’au 28 février 2015 avait nuancé ses propos en partageant les inquiétudes du gouvernement camerounais par rapport aux «contradictions entre les nouveaux statuts et les normes nationales et internationales».

Dans les faits, le Cameroun court vers une autre suspension de la Fifa. Quelques hauts responsables de la Fifa rencontrés à Bata le 7 février dernier, se disaient excédés par la situation de statut quo qui prévaut à la Fecafoot.

En sourdine, plusieurs autorités espèrent une situation de chaos, totalement imprévisible. Ce qui selon eux, pousserait la Fifa à mettre en place un Comité provisoire de gestion à la Fecafoot, question de reprendre tout le processus à zéro. Une formule testée en 1996 et qui n’avait pas remis le football camerounais sur les rails.

Articles liés:
Après les décisions du TAS, Joseph Owona va saisir la Fifa « pour la suite des événements »
Les décisions rendues par le TAS dans les arbitrages entre la Fecafoot et Abdourahman


Droits réservés)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé