Culture › Musique

Yannick Noah est de retour sur scène

«Angela» est le single de son huitième album à venir

Il a été pendant cinq années d’affilée, la personnalité préférée des français. Il a attendu quatre années avant de sortir un nouveau tube. La raison évoquée est qu’il avait besoin de recharger ses batteries. On peut donc penser que la saga Noah est lancée depuis le 30 avril avec le single «Angela». C’est l’un des titres de son huitième album en préparation dont la sortie est prévue le 23 août prochain. Il est en écoute sur toutes les plateformes de téléchargement légal. Cette nouvelle saga qui s’inscrit dans la même lignée que ses précédents titres annonce une série de concerts à travers le monde. Une date à retenir néanmoins, le 25 septembre au Stade de France. Avec plus de cinq millions d’album vendus, nul doute que Saint Denis fera le plein d’ uf. Et Yannick y mettra le feu, même s’il préfère «ambiancer» le public acquis à sa cause. Ce stade me prend la tête. C’est dans cinq mois, mais je commence à me réveiller la nuit en y pensant. C’est très excitant, c’est un challenge énorme, confie-t-il dans une interview.

Le franco-Camerounais vit à New-York
Cela fait deux années déjà que le père de Joachim Noah s’est installé dans la grande ville de New-York aux Etats-Unis. Le temps de se ressourcer et d’avoir des idées. Apparemment, les endroits comme Harlem ou le Bronx, ça inspire. Je vais essayer de raconter mon passage à New York dit-il. «Angela» est dont l’inspiration d’un lieu, mais aussi d’une histoire. Celle d’une Amérique vue et ressentie par les yeux d’un citoyen du monde, d’un sportif, d’un père, d’un militant, d’un champion. «Angela», le titre se son single que l’on peut écouter sur le site du tennisman est un bel hommage. Une ode à la militante des droits de l’homme Angela Davis. Le chanteur rend un vibrant témoignage à cette figure de la lutte pour les droits civiques des noirs au États-Unis dans les années 1960. «Angela», c’est aussi l’évocation de cette Amérique qui a décidé quarante années plus tard d’élire un président de «couleur » à la Maison Blanche. En novembre 2008, un soir à Chicago, les États qui s’unissent et changent de peau, si le monde s’incline et nous parle de chance, ce soir Angela c’est à toi que je pense

Yannick Noah
parismatch.com)/n


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé