Société › Société

Yaoundé II Soa: Début des examens du deuxième semestre

Ces examens ont débuté pour certains étudiants, alors que le scandale des faux reçus n’a pas encore été totalement éclairci

Enfin les examens
Certains étudiants de l’université de Yaoundé II Soa ont débuté ce lundi 5 juillet 2010, les examens comptant pour le deuxième semestre de l’année académique en cours. Sont concernés les étudiants de l’Ecole Supérieur des Sciences et techniques de la Communication (ESSTIC). Ceux de la Faculté des sciences juridiques et politiques devraient suivre mercredi prochain. Ces examens interviennent alors que des informations supplémentaires n’ont pas été fournies sur le récent scandale des faux reçus dans cette université. Les responsables de l’université ont indiqué que la procédure de démantèlement du réseau des faussaires reste en cours. Nous avons tenu compte du fait que certains étudiants pourraient avoir obtenu les faux reçus de bonne foi, donc il ne fallait pas par souci de justice et d’équité, empêcher ceux-là de composer a déclaré un responsable de l’université de Soa. Les seuls cas qui feront l’objet d’une attention particulière seront ceux des étudiants qui n’ont pas de carte scolaire. Nous aménagerons des salles de réserves; chaque année nous rencontrons ce genre de difficultés, donc en attendant de tirer la situation au clair, nous faisons composer les étudiants dans la salle de réserve a affirmé le responsable en charge des affaires académiques de la faculté de droit de Soa.

La confusion demeure sur les fonds manquants
Le Recteur Jean Tabi Manga de l’université de Yaoundé II avait annoncé que, jusqu’à ce que le scandale des faux reçus soit tiré au clair, les examens seraient repoussés. Il avait indiqué, que lors de la vérification des comptes, l’on s’est rendu compte que le nombre d’étudiants recensés était plus important que les sommes perçues aux titres des droits universitaires (les frais payés pour bénéficier aux services estudiantins). Un trou financier qui s’élèverait à 100 millions de FCFA et pourrait concerner près de 5000 étudiants. Cela prendra le temps que ça prendra, même à décaler les examens, avait prévenu Jean Tabi Manga. Mais jusqu’ici, aucun cas de faux reçu n’a clairement été présenté au public. Pourtant, tant du côté de la banque partenaire que de l’administration de l’université, l’on affirme que les enquêtes se poursuivent. Pour de nombreux étudiants, c’est le soulagement. Plusieurs d’entre eux craignaient des reports indéfinis des examens. C’est la première fois qu’un tel scandale éclate au grand jour, autour du paiement des droits universitaires au Cameroun. Les observateurs font remarquer que compte tenu de la complexité de la fraude il ne serait pas étonnant que la fraude se soit réalisée à un très haut niveau.

Des étudiants en salle d’examen
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut