Société › Société

Yaoundé: La bande FM envahie par les opérateurs de l’audiovisuel

De nombreuses radios FM qui arrosent la capitale camerounaise se livrent à une concurrence rude

Il fallait montrer aux gars de la radio nationale que nous sommes capables.
Pierre Ngameni, animateur nouvelle station

Avec la libéralisation du secteur de l’audiovisuel au Cameroun en 1990, la ville de Yaoundé longtemps restée sous le monopole de la radio nationale, avec son poste national, sa station régionale crtv centre, et la chaine musicale Yaoundé fm94, s’est peu à peu adaptée au nouvel univers composé d’autres radios urbaines qui sont venues avec un contenu à la fois novateur et « réchauffé ». Avec l’effet de la nouveauté, de nombreux auditeurs se sont « branchés » sur les ondes des nouvelles radios « pour changer un peu et voir ce que proposent les autres » nous déclare Alain Clément ,ancien animateur à la chaine urbaine Magic FM qui dessert Yaoundé et ses environs sur la fréquence 100.1. De nouvelles émissions ont vu le jour notamment dans le domaine de l’animation, et de l’information.
Au départ, Ce sont d’abord des jeunes gens qui voulaient se faire entendre à la radio qui faisaient la une de ces stations urbaines. Les professionnels du métier ont commencé à s’intéresser à ces nouvelles radios dans les années 2000. Morgan palmer, Max amadou, jean Vincent Djenda Mondon et « Monseigneur » Pierre Ngameni, en font partie. «Il fallait montrer aux gars de la radio nationale que nous sommes capables» se souvient pierre Ngameni.

Mais il faut dire que Radio Lumière, de Joseph Ndi Samba, Radio Siantou du promoteur Wantou Siantou Lucien ont commencé comme radios universitaires destinées à la formation des étudiants en journalisme dans leurs institutions universitaires. D’autres radios FM comme radio Reine dirigée par l’abbé Jean marie Bodo, radio Venus de feu Lucien Mamba, la tome broadcastion corporation, radio satellite FM radio bonne nouvelle Sky one radio, radio environnement et radio campus sont venues apporter une autre couleur au paysage radiophonique de la ville de Yaoundé.

Dans le but de captiver davantage les auditeurs et espérer gagner des campagnes publicitaires de certains annonceurs, tous les matins à Yaoundé, ces radios réveillent les auditeurs par des programmes au contenu presque identique, avec l’horoscope, les dédicaces, des jeux concours, de la satire et surtout beaucoup de musique. A radio Siantou et à Magic FM, les responsables des programmes ont inclu des tranches d’information sportives dans « Radio Matin ». A Sky one radio, la concurrence a amené la radio de Joseph Angoula Angoula à introduire une session d’informations à 8heures dans « Le Morning » présenté par Dominique Tita. On observe ici et là des hit – parades beaucoup plus consacrés à la promotion musicale, qu’à la valorisation du mérite ; des magazines de santé, de débat politique, culturel ont vu le jour, créant ainsi une tribune aux hommes politiques. C’est entre 12 heures et 12 heures 30 que la concurrence est plus visible sur la bande FM. Cette tranche d’antenne est réservée aux journaux parlés de la mi-journée.


Journalducameroun.com)/n

Certaines radios, pour fuir cette concurrence frontale et directe, ont été obligées de décaler leur session d’informations. Le directeur de l’information de Sky one radio, Roméo Tchamaleu estime que le taux d’audience est plus élevé à cette heure surtout qu’elle intervient juste avant le grand journal de 13heures de la radio nationale, la crtv. Mais le problème majeur dans ces radios est lié à la formation du personnel car on y retrouve encore des employés n’ayant aucune qualification en journalisme, en communication, ou en prise de son. D’où de nombreuses lacunes et dérives observées dans le traitement de l’information dans ces médias qui subissent aussi la forte concurrence des radios internationales telles que Radio France Internationale , BBC, et Africa N1. Les multiples rappels à l’éthique et à la déontologie du ministre de la communication Jean Pierre Biyiti Bi Essam, visent à assainir à terme, ce secteur sensible.


Journal du Cameroun)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut