Politique › Institutionnel

Yves Michel Fotso condamné à la prison à vie

C’est la sentence rendue lundi à Yaoundé par le Tribunal criminel spécial contre l’ancien administrateur-directeur général de la défunte Camair. Reconnu coupable du détournement de 32 milliards

L’ancien administrateur-directeur général de la défunte compagnie aérienne du Cameroun a été condamné hier, lundi 25 avril 2016, à la prison à vie. Yves-Michel Fotso é été reconnu coupable d’un détournement de deniers publics évalués à 32,4 milliards de F CFA (32 448 316 370 F CFA dans le détail), durant son mandat à la tête de la Camair (2000 – 2003).

Cette sentence contre Yves Michel Fotso, dans l’une des deux affaires pour lesquelles il est encore poursuivi, a été rendue par une collégialité de juges du Tribunal criminel spécial présidée par Virginie Eloundou. La juge a suivi les réquisitions du ministère public qui a demandé la prison à vie pour M. Fotso, ainsi que la confiscation de ses biens et comptes gelés.

L’ex-ADG de la Camair, compagnie aérienne dont l’Etat du Cameroun était le principal actionnaire, a également été condamné à une amende de 19 milliards de F CFA. La justice a décidé de saisir 15 comptes bancaires gelés appartenant au fils du milliardaire Victor Fotso.

Le verdict a été rendu en l’absence d’Yves-Michel Fotso et de ses avocats.

En février 2016, ces derniers avaient transmis une lettre au président du Tribunal criminel spécial dans laquelle ils dénonçaient « un simulacre de justice, dont l’issue ne fait aucun doute ».

L’Allemand Me Buhler, la Française Me Bénédicte Graulle et l’américain Me Dominique Inchauspé indiquaient notamment que: «tout accusé a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement par un Tribunal indépendant, impartial et respectueux des droits de la défense. Or, les auxiliaires de justice que nous sommes constatent que ces principes fondamentaux ne sont pas appliqués dans cette affaire». Dans la même veine les conseils camerounais de l’homme d’affaires – Me Achet et Me Mandeng – emboîtaient le pas à leurs collègues occidentaux en annonçant aussi leur déconstitution.

Estimant, en novembre 2015, avoir remboursé un montant de 1,7 milliard conclu avec le liquidateur de la Camair dans le cadre d’un protocole d’accord; et demandant par là une cessation des poursuites (disposition prévue par le TCS qui peut ainsi demander l’autorisation au ministère de la Justice), Yves Michel Fotso avait reçu une douche froide en apprenant que le tribunal ne s’estimait pas lié par ledit protocole d’accord et qu’il lui était imputé plutôt un détournement de 69 milliards F CFA.

Les intérêts de l’Etat à ce procès étaient défendus par l’ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats, Me Francis Sama Asanga.

En septembre 2012, Yves Michel Fotso avait déjà été condamné à 25 ans de prison, solidairement avec l’ancien ministre d’Etat Marafa Hamidou Yaya, pour le détournement d’une somme de près de 21 milliards de F CFA, débloquée par le Cameroun en 2001 pour l’achat d’un avion affecté aux déplacements du Président de la République: le BBJ II. A la Cour suprême, où le recours des deux personnalités a été effectué avant d’être finalement enrôlé le 22 mars 2016, l’homme d’affaires n’y a assisté à aucune audience.

Une autre sentence est encore attendue contre l’ex-ADG de la Camair. Il s’agit notamment du délibéré sur la culpabilité du volet N°1 portant sur le sinistre et l’épave du Boeing 747-300 Combi, sorti de piste le 5 novembre 2000 à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle de Paris.

Déjà condamné en 2012 à 25 ans d’emprisonnement, Yves Michel Fotso a écopé de la prison à vie le 25 avril 2016
Droits réservés)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé