Société › Société

Zacharie Mbatsogo: «Il n’y aura pas d’année blanche» à l’Extrême Nord

Le directeur de l’Office du baccalauréat du Cameroun se veut rassurant quant à l’organisation des examens de la session 2015 dans les localités touchées par les incursions de Boko Haram

La session 2015 des examens relevant de la compétence de l’Office du baccalauréat du Cameroun (OBC) ne devrait pas être à double vitesse, selon que le candidat se trouve dans une zone touchée par les incursions de Boko Haram ou dans des endroits plus calmes, selon les assurances de l’Office, présentées mardi à Yaoundé. «Ils auront une évaluation normale», prévient-on à l’OBC.

De source officielle, il a été ainsi décidé que les sous-centres d’examen qui représentent des «risques sécuritaires importants, en raison de leur localisation en zone frontalière» soient supprimés «au profit des centres d’accueil situés en profondeur». Ainsi, les candidats des lycées de Fotokol (département du Logone et Chari), et Kolofata (département du Mayo Sava) ont été respectivement rattachés aux sous-centres des lycées de Makari (toujours dans le Logone et Chari) et Mora (dans le Mayo Sava). Fotokol et Kolofata sont des localités qui ont déjà eu à subir la sauvagerie des terroristes de Boko Haram.

Des sous-centres ont été par ailleurs créés dans les «zones à risque sécuritaire moyen», a expliqué le directeur de l’OBC, Zacharie Mbatsogo, au cours d’une conférence de presse organisée ce 12 mai à Yaoundé. Les sous-centres concernés sont les lycées de Blangoua, Mogode, Mozogo, Ouzal et Zidim, dans l’Extrême-Nord, et le lycée technique de Yokadouma à l’Est.

Statistiques
Selon les statistiques présentées aux journalistes, la région de l’Extrême-Nord, qui focalise pourtant l’actualité depuis le début de l’année 2014 avec des attaques venues du Nigéria voisin, a enregistré une hausse de candidats aux examens officiels cette année. Pour la session 2015, ils sont quelque 30.138 candidats à braver les examens du second cycle dans le sous-système francophone, contre 28.321 candidats l’année dernière.

La région de l’Est, qui connait également des problèmes sécuritaires avec des rapts et incursions menées de temps à autre par des assaillants venus de République centrafricaine, a vu également son nombre de candidats grimper cette année. On avait enregistré 11.251 en 2014, cette année, ils sont quelque 12.218 candidats.

«les plus fortes augmentations des effectifs de candidats sont enregistrées dans les régions de l’Est (8,60%), du Nord (6,80%), de l’Extrême-Nord (6,42%), de l’Adamaoua (6,40%)», a relevé le directeur de l’OBC.

Avec les différentes «mesures sécuritaires» prises et face aux chiffres officiels, il n’y aura donc pas «le syndrome d’une année blanche» dans ces «zones qu’on croyait sinistrées», a insisté Zacharie Mbatsogo.

Le directeur de l’Office du Baccalauréat du Cameroun, Zacharie Mbatsogo, a accordé une conférence de presse le 12 mai à Yaoundé
Journalducameroun.com)/n

Sérénité
Contacté par Journalducameroun.com, Guibaï Guitama, le directeur de la publication «L’ il du Sahel», bihebdomadaire camerounais consacré à l’actualité du Septentrion, a confirmé les mesures présentées par le directeur de l’OBC. «Ils ont effectivement pris des dispositions pour faciliter l’accès des élèves aux centres d’examen», a-t-il tenu à rassurer. Cependant, a-t-il souligné, il existe un taux de déperdition, dû à la délocalisation opérée, en fonction des moyens des parents des élèves, car c’est à eux, et non à l’Etat, qu’était dévolu la prise en charge du déplacement de leur progéniture. Certains moins nantis ont abandonné, explique-t-il.

Sur l’étendue du territoire, il a été enregistré cette année 348.939 candidats inscrits aux différents examens de l’OBC, dont 278.258 pour l’Enseignement secondaire général et 70.691 pour l’Enseignement technique et professionnel. «Comparativement à la session 2014, l’on observe une augmentation en valeur absolue de 14.149 candidats, soit 4,22% en valeur relative», se félicite le directeur de l’OBC.

L’Office prend en charge, pour le sous-système éducatif francophone au Cameroun, l’organisation des différents examens du second cycle, dans l’enseignement général et technique: Baccalauréat, Probatoire, Brevet de technicien, Brevet d’étude, selon les séries et les spécialités.

«Les précautions ont été prises pour que ces examens se déroulent sans problèmes majeurs», réitère Zacharie Mbatsogo.

Les examens de la session 2015 ont débuté le 05 mai dernier, avec les Brevets de technicien (BETC). Selon le chronogramme établi, tous les examens devraient être achevés en juillet pour une publication prévue au plus tard le 31 juillet.

Des paquets contenant les feuilles d’examen des candidats en train d’être déchargés, le 12 mai 2015 à Yaoundé au siège de l’OBC. Ici, on se dit « prêts »
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé