Société › Faits divers

Zimbabwé: Un hôpital taxe les cris pendant l’accouchement!

Les femmes qui crient pendant qu’elles donnent naissance doivent payer environ 2500 Fcfa par cri

L’Ong Transparency International, dans une enquête sur l’état de la corruption au Zimbabwé, a révélé ce faits divers : un hôpital du pays taxe les femmes qui crient pendant l’accouchement. Chaque cri est taxé. L’hôpital se justifie par le fait que ces cris déclenchent de fausses alertes qui coûtent de l’argent. Le rapport fait état d’une excuse peu crédible, dans un pays pauvre, où les frais d’accouchement sont déjà élevés par rapport au revenu moyen de la population. Accoucher coûte en moyenne 25 000 Fcfa, plus les taxes des cris, la facture sera salée pour les femmes qui donneront la vie dans cet hôpital.

Ce dispositif « d’arnaque » n’arrange pas les choses en matière de mortalité infantile ou de mortalité des suites des couches. Car les femmes du pays préfèrent de plus en plus accoucher chez elles, sans assistance médicale. Conséquence, 8 zimbabwéennes perdent la vie chaque jour en donnant la vie. Pour celles qui vont à l’hôpital, il vaut mieux avoir de quoi payer tous les frais, sinon, la maman et le bébé sont retenus jusqu’à paiement complet des frais, leur présence prolongée à l’hôpital augmentant le montant à payer, ajouté à des intérêts.

Un hôpital taxe les cris pendant l’accouchement au Zimbabwé
Amnesty.ch)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut