Société › Société

Zone Ceeac: Douala abrite un atelier international sur la conservation du patrimoine

Les travaux se sont ouverts mercredi, dans la métropole économique, en présence du représentant résident de l’Unesco au Cameroun

Avec la mondialisation, les peuples qui n’auront pas su préserver leur patrimoine risquent de le voir disparaître. Inquiétude formulée à Douala mercredi, 16 septembre 2015, par le représentant résident de l’Unesco au Cameroun. Ye Loïteohin Félix s’exprimait ainsi à l’ouverture d’un atelier de sensibilisation sur la mise en réseau des archives, bibliothèques et musées nationaux des pays membres de la Ceeac. L’impératif est connu: il faut les préserver. Et si les Tic «bousculent les repères» des archivistes, documentalistes et autres bibliothécaires, selon l’expression employée par le Pr. Binam Bikoi, elles représentent aussi une chance.

En effet, grâce à sa numérisation, à sa dématérialisation, le patrimoine documentaire et muséal peut non seulement être conservé longtemps, mais aussi être partagé, mutualisé. «Il est important de développer la coopération entre les musées à l’échelle nationale et sous-régionale», dira Ye Loïteohin Félix à ce sujet, ajoutant qu’il est important que «les marqueurs sociaux soient préservés, pour l’édification des générations futures».

Par ailleurs, pour Dimani Balla, représentant du gouverneur à l’ouverture des travaux, la mise en réseau envisagée «est un élément significatif d’intégration régionale, et donne un espace de partage d’informations à la Ceeac». L’atelier s’achève ce jeudi, 17 septembre 2015.


Droits réservés)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé